Google

juin 2013 Numéro 42

Written on:mai 5, 2013
Comments are closed

Mouvement 25

Après le Mouvement 5 étoiles italien (Movimento 5 Stelle) et le mouvement 15 mai espagnol (Movimiento 15-M), voilà le temps pour le Mouvement 25, en référence à l’article 25 de la Déclaration universelle des droits de l’homme:

Toute personne a droit à un niveau de vie suffisant pour assurer sa santé, son bien-être et ceux de sa famille, notamment pour l’alimentation, l’habillement, le logement, les soins médicaux ainsi que pour les services sociaux nécessaires…”

Aujourd’hui, en Europe, l’austérité semble être l’unique réponse à la crise économique. De ce fait les peuples sont de plus en plus pauvres. L’automatisation industrielle et l’accumulation de la richesse par la finance modifie notre rapport au travail. Nous produisons de plus en plus, avec de moins en moins de personnes. Le chômage monte en flèche et l’emploi salarié n’est plus garanti pour tous.

La bonne nouvelle est que jamais dans l’histoire les sociétés n’ont été si riches. Mais alors que cette richesse collective est le résultat du travail de plusieurs générations, elle est très inégalement distribuées aux citoyens.

Nous, citoyens européens, proposons une alternative. Ce n’est pas une idée nouvelle, mais il est temps maintenant de la concrétiser. Il s’agit du revenu de base inconditionnel.

BI

Vous connaissez l’article 25 de la déclaration universelle des droits de l’homme ? Il stipule : toute personne a droit à un niveau de vie suffisant pour assurer sa santé son bien-être et ceux de sa famille, notamment pour l’alimentation, l’habillement, le logement, les soins médicaux, ainsi que pour les services sociaux nécessaires.

Nous y voilà : le revenu de base est universel individuel inconditionnel et suffisant pour assurer à chacun une vie digne et sa participation dans la société.

Ce nouveau droit fondamental pour l’humanité éradiquerait non seulement l’extrême pauvreté, mais encouragerait également les activités non marchandes, artistiques, parentales, bénévoles, mais c’est aussi une mesure économique. Le revenu de base pour tous revient à soutenir les entreprises locales. Finalement il nous permettrait d’exercer pleinement notre citoyenneté.

Comment faire pour le financer ? il y a plusieurs possibilités : taxation des transactions financières et impôts sur les hauts revenus, TVA sur les produits de luxe et polluants, mais principalement par la simplification d’une très longue liste d’allocations déjà existantes et l’économie de gestion administrative devenue inutile. Ce que nous proposons en serait bien plus simple, égalitaire et transparent. Chacun recevrait un revenu de base sans même avoir besoin de le demander, mais bien sûr libre à chacun de travailler en supplément.

Nous, citoyens européens, avons lancé cette année une initiative citoyenne européenne: http://basicincome2013.eu/

En parallèle et de manière complémentaire, au niveau local, nous pouvons agir pour concrétiser aussi l’article 25, à travers : la mise en place de droits de tirage sur des ressources locales, les services publics, l’accès à des biens et la mise en place de monnaies locales.

Exemples:

Quoi ?

Quantité ?

Comment ?

Droit à un logement et d’accès au foncier (local d’activité et parcelle de terre)

Droit de tirage d’X m2

Réappropriation progressive du foncier, délibération collective afin de définir ces surfaces et les conditions d’utilisation de celles-ci

Droit à la dignité (nourriture, eau, énergies, produits de première nécessité)

Quantité suffisante (Kg de nourriture, m3 d’eau, Kwh d’énergie…)

Décidée localement à travers des délibération citoyennes et en monnaies locales dans la mesure du possible ou en euros ou sous forme de bons d’achat en attendant la mise en place de telles monnaies

Droit à la mobilité (transport en commun)

X km gratuits

Forfait kilométrique des transports en commun

Droit d’accès aux services publics (santé, instruction, culture, information…)

Accès gratuit

Réappropriation progressive des services publics par des délibérations collectives citoyennes afin de redéfinir les services publics que nous souhaitons

A ces nouveaux droits, nous associons des nouveaux devoirs, comme le partage des tâches difficiles, car un des enjeux majeurs est la mise en place d’une réflexion démocratique sur : qu’est ce qu’on produit ? pour quel usage ? comment ? et comment répartir les tâches difficiles que nous savons pas éliminer ?

Sorry, the comment form is closed at this time.