Google

Droit de réponse à l’AL numéro 41

Written on:janvier 28, 2014
Comments are closed

Droit de réponse à l’AL 41 demandé par Danièle Falchier

Merci Claudio pour la diffusion de cet article…
mais qui est en même temps très détaillé et … très incomplet, voire quelque peu mensonger par omission?
Il aurait en effet été intéressant de mettre en parallèle les réactions des élus face à ton enregistrement, et leur vote concernant la vidéosurveillance?
Car les réactions les plus hostiles (comme celle de Françoise Mater, qui a tiré la langue à la caméra) sont en effet souvent celles de ceux qui se sont opposés à la vidéosurveillance, en s’exprimant, et en votant contre, pendant ce conseil municipal.
De plus, tu as une interprétation éronée des faits: Nicolas Charléty « ne m’a pas envoyée » pour essayer d’arrêter l’enregistrement, je me suis levée de ma propre initiative pour venir te dire que Nicolas Charléty ne souhaitait pas être filmé, et n’ai fait qu’écouter ta réponse. Personnellement, cela ne me gênait absolument pas d’être filmée, devant prendre la parole au nom du groupe écologiste pour redire notre opposition à ce projet (que nous avons essayé de combattre « en interne » pendant de longues semaines…).Ce qui me gêne donc, est que tu ne mettes même pas en pratique le fond de ton argumentation concernant le droit à la communication totale de ce que disent les élus en conseil municipal, puisqu’au lieu de diffuser l’intégralité des débats, tu n’en fais qu’un montage polémique n’ayant rien à voir avec le sujet? Pour toi, le vrai scandale, c’est que la sortie de ta caméra ait fait réagir certains élus??
Désolée, pour moi, le vrai scandale de cette affaire est bien que ce vote pour l’installation de la vidéosurveillance  a été obtenu, grâce aux voix de la droite, et à l’abstention complaisante de certains conseillers de la majorité!!

Danièle
PS: merci de publier ce commentaire sur ton site, en guise de « droit de réponse »?

 

 

Commentaires à la réponse de Danièle Falchier

L’Alter-lettre numéro 41 d’avril-mai 2013 titrait « Conseil Municipal sous vidéosurveillance » (l’intégralité du numéro 41 à cette adresse http://www.alterlettre.info/?p=142). Sa diffusion a dérangé quelques élus, comme Danièle Falchier.

Sa réponse que nous publions confirme qu’au conseil municipal les choses sont décidées d’avance, « en interne ». Nous invitons Danièle Falchier si elle est intéressée à « diffuser l’intégralité des débats », à utiliser une webcam sur son ordinateur connecté à Internet depuis la salle du conseil municipal.

A nos yeux il est anormal que les élus opposés à la vidéo-surveillance, après avoir voté contre, continuent à accompagner le maire et sa politique comme s’il n’y avait pas de désaccord. Tout ressemble à une mise en scène où des acteurs ont joué leur rôle d’opposition tout en sachant déjà le résultat du vote. Une fois le vote passé, tout retourne à la normale et les opposants et les favorables se retrouvent à nouveau ensemble dans la même majorité. A moins qu’ils ne considèrent ce sujet de la vidéo-surveillance que marginal et sans importance pour les citoyens !

Nous répondons donc positivement à la demande de Danièle Falchier et rectifions le texte de l’alter-lettre 41 comme elle écrit : « Nicolas Charléty « ne m’a pas envoyée » pour essayer d’arrêter l’enregistrement, je me suis levée de ma propre initiative pour venir te dire que Nicolas Charléty ne souhaitait pas être filmé, et n’ai fait qu’écouter ta réponse ». A vous de trouver les différences.

Nous demandons en retour à Danièle Falchier d’expliquer les sources qui lui permettent de dire que l’Alter-lettre et ses éditeurs réclament « le droit à la communication
totale 
» et si elle n’a pas des sources le prouvant de rectifier son « interprétation erronée des faits ». Nous laissons les marchands de « temps de cerveau humain disponible », pubeux et autres communicants réclamer « le droit à la communication totale ». Nous nous battons contre ce mode de communication qui n’a de totale que le nom car de sujets importants pour les citoyens sont occultés par les media. Mais nous préférons nous battre pour un droit à l’information libre et indépendante.

Enfin, Danièle Falchier demande «de publier ce commentaire sur ton site, en guise de « droit de réponse ». » Nous n’avons pas encore trouvé de droit de réponse aux mensonges, y compris par omission, sur le site de la ville dont Danièle Falchier est adjointe au maire.

Comptez-vous sur elle pour voir apparaître un droit de réponse sur le site de la ville de Voiron ?

Sorry, the comment form is closed at this time.