Google

8 Juillet 2009 – Numéro 0

Written on:septembre 15, 2011
Comments are closed

Editorial

Pouvoir et contre-pouvoir

Depuis le début de l’année 2009, il y a eu 5 Conseils Municipaux pour un total de 110 délibérations. Voilà comment les 33 élus se sont comportés :

Pour                                                   96,9%

Contre                                               0,2%

Abstention                                1,6%

Pas de participation au vote          0,3%

Absent                                     0,1%

Etant donné que 26 élus (c’est à dire 79%) sont officiellement à la majorité et 7 (21%) sont officiellement à l’opposition, on aurait pu croire naïvement que on aurait retrouvé grosso modo 80% de votes Pour et 20% de votes Contre. Et bien les vote Contre sont seulement un centième de ce qu’on aurait pu naïvement s’attendre.

Vues ces données, on devrait se questionner sur cette unanimité presque absolue :

–       Est-ce que la majorité propose des délibérations tellement appropriées que l’opposition ne peut qu’en être favorable ? Comment se fait-il, alors, que ces nombreuses délibérations approuvées avec une large majorité par le conseil municipal n’aient pas abouti à faire de Voiron une cité idéale ?

–       Est-ce que la majorité et l’opposition ont le même programme, les mêmes objectifs et la même façon de les poursuivre ? Pour quelle raison, alors, faire plusieurs listes aux municipales ?

–       Est-ce que le conseil municipal est une institution démocratique ? Alors, où sont les contre-pouvoirs essentiels à garantir une vrai démocratie ?

Le contre-pouvoir est un pouvoir qui s’organise face à une autorité établie. Ce peut être une force politique, économique ou sociale et son rôle a pour effet de restreindre l’exercice du pouvoir en place et de proposer une alternative aux décisions d’une autorité.

Cette lettre veut : (1) contribuer à l’affirmation à Voiron de contre-pouvoirs qui ne sont pas actuellement représentés au conseil municipal, (2) être un moyen d’expression des alternatives voironnaises au pouvoir établi, recueillir des critiques, (3) propositions et approfondissement sur tout type de sujet politique qui concerne les voironnais.

 

Mouvements politiques

L’objection de croissance

L’objection de croissance (ou plus correctement « objection de conscience à la croissance ») remet avant tout en question notre « société de croissance et de consommation ». A l’aide de ses meilleurs outils que sont le capitalisme, le libéralisme, l’ultra-libéralisme…, la « société de croissance » accumule dramatiquement toutes les crises : environnementale, sociale, économique, culturelle, politique, anthropologique…

L’objection de croissance n’est pas la décroissance de tout pour tous ni un retour en arrière vers un pseudo bonheur perdu, mais bien un virage, une bifurcation que nous devons prendre afin de sortir des engrenages destructeurs de la « société de croissance ».

Les problèmes sociaux et environnementaux de notre système ne pourront être résolus ni en ajustant quelques paramètres à la marge ni par les seules initiatives personnelles. C’est pour ces raisons qu’il est essentiel de se rassembler entre citoyens pour proposer un projet politique capable de transformer ce modèle qui met en danger notre avenir.

 

Croissance Décroissance
du politiquedes partages

de la vie sociale

de la coopération

du temps libre (le vrai luxe)

du local

de l’autonomie

du goût pour la bel ouvrage

du mieux vivre

du relationnel

de la construction spatiale humaine

de l’économiquedes inégalités

de la consommation marchande

de la concurrence libre et non faussée

du travail aliéné

du global

de la dépendance

de l’efficience productiviste

du toujours plus avoir

du matériel

de l’urbanisme fonctionnaliste

 

Sorry, the comment form is closed at this time.